« La religion au Québec dans le Harvard Divinity Bulletin | Accueil | Everything is amazing, nobody is happy... »

Commentaires

Gabriel Béland

Nicolas, je ne suis vraiment pas d'accord avec ta chute. De quoi être optimiste? Je ne vois pas. Tu ne réponds pas à la question de Réjean Tremblay: qui trouvera des scoops. Ce n'est pas parce que l'espace public est plus accessible au commun des mortels que le commun des mortels pourra produire une information d'une qualité équivalente à celle des médias «traditionnels». Je ne nie pas qu'il y a une volonté, mais sans les moyens, on n'arrivera à rien. Sans l'encadrement, sans la tradition qu'une salle de nouvelle procure, je crois que ce sera difficile.

Prends les scoops qui sont sortis au Québec dernièrement, la dizaine de La Presse sur l'administration du maire Tremblay par exemple. Quel blogueur aurait eu le temps, les ressources et l'expérience pour sortir ça? C'est bien beau des exclusifs sur une nouvelle app de Iphone, mais c'est pas ça de l'info.

Non, le modèle économique des quotidiens n'est peut-être plus viable. Mais je crois que ton erreur est de présumer, plutôt naïvement, que de la ruine des quotidiens sortira une information citoyenne de qualité équivalente. C'est un pari. Mais je pense que l'inverse est plus probable.

Si La Presse, par exemple, avait cessé de paraître en septembre. Penses-tu que les scoops sur l'Hôtel de Ville seraient sorti ailleurs? À Radio-Can, peut-être. Mais dans un média 2.0? Bien sûr que non. Alors, cette période de flottement avant l'avènement de «l'information citoyenne», combien de temps durera-t-elle? Alors que le marketing et l'intox raffinent chaque jour leurs techniques, pendant combien de temps devrons-nous vivre avec une info à rabais?

Car ce qui est en cause, ici, c'est la valeur de l'information. Les gourous du web le clament ad nauseam, l'info ne vaut plus ce qu'elle valait. Et ça, à mon avis, devrait nous décourager de tout optimisme.

Gabriel, qui ne pourra malheureusement pas être là pour notre soirée du hockey

Patrick

Ça fait plusieurs années que Tremblay n'est lui-même plus vraiment un journaliste anyway ;)

@gabriel: relie son billet

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Mes livres sur Amazon

Sur Twitter

    follow me on Twitter